lundi 5 mars 2018


Une noisette, un livre

 

La fin des idoles

Nicolas Gaudemet

 


Accrochez-vous aux branches car votre énergie va devoir faire face à une histoire où se côtoient Lacan, Freud, Homère autour du « κῦδος  » du XXI° siècle : l’univers impitoyable des médias et de la téléréalité avec cette finalité de vouloir être célèbre.

Au milieu (ou au centre si vous préférez), un affrontement sans pitié entre un psychanalyste, Gerhard Lebenstrie, et une docteure en neurosciences, Lyne Paradis. Rien que de lire les noms, l’envie d’intégrer cette atmosphère provoque un inconscient livresque ! Pourtant c’est un pandémonium qui attend le lecteur, dans cette société environnée d’écrans, d’images, de tentations… Paloma, la starlette cobaye peut confirmer. Vous êtes dorénavant prévenus, vos neurones vont devoir accumuler une course à la notoriété sur fond de délire psychotique.

L’héroïne est comparée à Circé, cette magicienne à la fois sorcière et enchanteresse, qui n’hésite pas à empoisonner ses amants mais le plus célèbre d’entre eux survivra, Ulysse, grâce aux conseils d’Hermés. Mais dans « La fin des idoles » qui va pouvoir résister à Lyne Paradis, celle qui veut absolument donner la liberté aux hommes mais qui va les contrôler par de subtiles et diaboliques expériences. Et si la terre tourne autour du soleil, pour le sieur Lebenstrie l’humain tourne autour de la fonction phallique, les Phallophories rodant étrangement… 

Nicolas Gaudemet signe un premier roman absolument assourdissant et novateur, où la fiction rejoint la réalité et où la réalité tamponne la fiction. Personnages imaginaires face à des personnes réelles, mixage du trio conscient/inconscient/subconscient dans une guerre picrocholine où rien n’est insignifiant et tout cyclopéen. Une savante réflexion sur les manipulations scientifiques, sur le pouvoir de l’humain sur l’autre et inversement, nul ne saura résister à cette lecture. Sans oublier une critique au vitriol de la sphère des médias et de ses petits arrangements entre amis.

Après cette plume endiablée, reste à savoir si vous, chers bipèdes, aurez toujours la ferme (là je ne parle pas du Salon de l’agriculture) intention de devenir populaire, être ou ne pas être, devenir ou ne pas devenir. En attendant, lisez cette ode à Dyonisos et plongez dans l’ivresse d’un univers d’excès et de démesure.

Cinglant, déconcertant, bluffant.

La fin des idoles – Nicolas Gaudemet – Editions TohuBohu – Mars 2018
Site web  http://lafindesidoles.com/

Aucun commentaire: